Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

05 Consultez les articles de mémoire

Publié le par memoire-multimedia france

mémoire
l'Histoire en multimédia
memoiremultimedi@aol.com




DECOUVREZ CETTE COLLECTION UNIQUE
D'ENREGISTREMENTS SONORES
 Chants de la Révolution / Archives sonores /
Voix des Peuples / Littérature /
Classiques
/ Douce France

-Bésame mucho / Anthologie classique du Boléro

Ne cherchez plus dans vos dicos. Le terme bolero ne veut rien dire. Ni en Espagnol ni en Russe ni en Swahili. Et pourtant ce nom, emprunté à tort par Ravel ou piétiné par l'orchestre des guinguettes du dimanche continue à représenter quelque chose de secrèt et séduisant. Ce n'est pas ce jazz qui nous entraîne ni ce tango qui nous fait frémir. Le boléro nous transporte quelque part dans notre mémoire personnelle.Ces tendres recoins de notre vie où l'amour et toutes les folies étaient (ou sont encore) possibles. Bésame mucho, Anthologie classique du Boléro, nous offre cette perspective de l'amour passionné, impossible et déchirant. Dans les voix inoubliables de Tito Rodri guez, du Trio los Panchos ou de Celio Gonzalez nous allons retrouver 24 chef-d'Oeuvre du genre: Pecadora, Déjame ir, Lo dudo, Llévatela, Perdoname la letra, El Reloj et tant d'autres slows qui ont fait la renommée de ce genre musical né dans les années 30. Les thèmes de cette production aussi bien que les enregistrements vont des années 40 au début des années 60. Moment charnier pour cette musique populaire centro-américaine qui fut la toile de fond de maints films de l'après guerre. Pour partager l'écoute, et plus si affinités, quand les lumières de la ville s'éteignent. Bésame Mucho / Anthologie classique du Bolero 01-Besame mucho (Chucho Navarro) 02-Perdoname la letra (Chico Novarro) 03-Baja venganza (Odila Moreno) 04-Vendedora de amor (Tito Rodriguez) 05-Si tu me dices ven (Alfredo Gil) 06-Dejame ir (M. Ribas / Chico Novarro) 07-Pecadora (Agustin Lara) 08-Que es lo que pasa (J. Gutierrez) 09-Mujer fatal (Carlos Vera) 10-Lo dudo (Chucho Navarro) 11-Hablame mi amor (Tito Rodriguez) 12-Llévatela (Armando Manzanero) 13-Hay que vivir el momento 14-Perdida (Chucho Navarro) 15-Por éso no debes (M. Lecuona) 16-Basura (Alfredo Gil) 17-Vencimos (Chucho Navarro) 18-Negras cenizas (Tito Rodriguez) 19-Olvida coraz-n (Cheo Martinez) 20-La barca (Cantoral) 21-Nuestras vidas (O. de la Rosa) 22-Sin ti (Pepe Guizar) 23-Cuidado (Chico Novarro) 24-El reloj (Cantoral) int. Los Panchos int. Tito Rodriguez int. Celio Gonzalez int. Tito Rodriguez int. Los Panchos int. Tito Rodriguez int. Los Panchos int. Tito Rodriguez int. Celio Gonzalez int. Los Panchos int. Tito Rodriguez int. Los Panchos int. Tito Rodriguez int. Los Panchos int. Tito Rodriguez int. Los Panchos int. Los Panchos int. Tito Rodriguez int. Celio Gonzalez int. Los Panchos int. Tito Rodriguez int. Los Panchos int. Tito Rodriguez int. Los Panchos

 

-Bonaparte / La tragédie héroïque

La complexité d'un temps de guerre, d'héroïsme et passion, abordée par des chansons écrites il y a plus de deux cent ans sur un personnage qui n'était que le fils ambivalent de 1789 Car, à qui rend-t-on hommage lorsqu'on évoque Napoléon Bonaparte? Au fossoyeur de la Révolution française ou à celui à qui Karl Marx surnommait Çle Robespierre à chevalÈ? Au putschiste du 18 Brumaire contre le Directoire réactionnaire, ou à l'ennemi juré de la Sainte Alliance? A l'homme acclamé par les masses de son temps ou à celui qui déclarait qu'il avait Çune rente de cent mille hommes par an qu'il fallait dépenser? Contradictions de l'Histoire ou de l'homme, c'est toute une époque celle qui nous offre ce recueil de chansons écrites du vivant de Napoléon Bonaparte ou bien lors de son sacre civique en 1831, pendant le retour de sa dépouille en France. Plusieurs interprétations illustrent des faits historiques. Car c'est toute une époque celle qui nous offre ce CD qui recueille les chansons d'un âge bouleversé et bouleversant. Nous découvrirons l'esprit conquérant du Chant du 14 juillet 1800 et les souffrances du peuple du Départ du Conscrit, les envolées lyriques de l'Hymne sur la reprise de Toulon, à la certaine naïveté de Parlez-nous de lui ou Le rêve passe. La puissance de la chorale dirigée par Louis Martini et les voix de René Hémon, Jean-Christophe Benoît et Marcel Vigneron donnent vie aux pièces magistrales écrites par Berlioz ou Méhul avec les paroles de Chénier et Béranger. Des simples chansons populaires jusqu'aux accents solennels de la Cantate du 5 mai 1831, découvrez cette production qui témoigne d'une histoire française et européenne dont l'importance réveille encore la passion et la polémique.Bonaparte La tragédie héroïque 01-Hymne sur la reprise de Toulon (M-J.Chénier-Catel) 02-Le départ du conscrit (Anonyme) 03-Les fils sont plus grand que leur pères (Fontanes-Méhul) 04-Chanson de l'oignon (Anonyme) 05-Les souvenirs du peuple (Lavande-Delon-Béranger) 06-Complainte sur la Machine Infernale (Anonyme) 07-Où sont ces ennemis? (Fontanes-Méhul) 08-La Colonne Vendôme (Emile Debraux) 09-Chant pour le Retour de la Grande Armée (D'Arnault-Méhul) 10-Chacun son état (Bruant-Paulus) 11-Veillons au salut de l'Empire (Girey-Dupré-Dalayrac-Gossec) 12-Le tombeau de Josephine (Anonyme) 13-Cantate du 5 Mai (Béranger-Berlioz) 14-Te souviens-tu? (Emile Debraux-Béranger) 15-Marche funèbre pour les funérailles de l'Empéreur Napoléon 1 (Adolphe Adam) 16-Le rêve passe (Foucher-Helmar-Krier) Interprètes: 1-Louis Martini Orch. et Chorale 3-7 Chorale des J.M.F 2-6-J-C.Benoît 11-13-M.Vigneron (basse) Chorale des J.M.F Sextuor Pasdeloup Louis Martini Orch. 9-René Hemon (ténor) Louis Martini Orch.4-L-Cnel. Jeanneret Orch. 5-Nicole Vervil 8-Raymond Souplex ch.10-Paul Barré 12-Irène Joachim 14-Eric Amado 4-Monique Rolin (guitare) 5-12-14-10 Jean Lemaire (piano) 15-Désiré Dondeyne Orch. 16-Elval et Orch.

 

-Georges Brassens / Textes politiquyes et anticléricaux

Critique implacable,Georges Brassens refusa toujours d'être classé parmi les chanteurs protestataires comme Ferrat ou d'autres Ferré. Cet album, en présentant dix-huit de ses créations ciblées sur des sujets politiques, nous dévoile les deux visages du créateur. L'anticonformiste sans idéologie apparente. Le anticlérical qui n'hésite pas à l'invocation de Dieu. Le misogyne qui dédia une bonne partie de sa création aux démêlées de l'amour, la fatigue conjugale et l'oubli. La chronologie des chansons recueillies trouve son temps fort dans les années 60, où Brassens est poussé par l'esprit contestataire de l'époque à s'engager dans l'air-du-temps soixante-huitard. Le sarcasme de ÒCeux qui ne pensent pas comme nousÓ accable les ÒsorbonnardsÓ tandis que ÒMourir pour les idéesÓ se prend aux groupuscules et autres sectaires de gauche. Ce qui ne l'empêche de décharger de la grosse artillerie contre les chauvins de la ÒBallade des gens qui sont nées quelque partÓ ou ÇLes PatriotesÓ. L'humour de ÒEntre la rue Didot et la rue de VanvesÓ nous dépeint l'ambiance parisienne pendant l'Occupation et sert de contre poids aux concepts troublants de ÒLes deux OnclesÓ, où l'anticléricalisme de Brassens ne l'empêche pas d'établir un dialogue philosophique sur la foi. Dialogue, bien entendu, établi sur des positions agnostiques comme c'est le cas deÒTempête dans un bénitierÓ, ÒLe sceptiqueÓ ou ÒDieu, s'il existeÓ. Bref, ce recueil comblera les attentes de ceux qui aiment chez Brassens ses engueulades anti-système et de ceux qui découvriront l'un de créateurs majeurs de la langue française.Georges Brassens / Textes politiques & anticléricaux 01-Philistins 02-Les deux Oncles 03-La tondue 04-Le guerre de 14-18 05-Ballade des gens qui sont nés quelque part 06-Misogynie à part 07-Mourir pour des idées 08-Le roi des cons 09-Le mecréant 10-Tempête dans un bénitier 11-Boulevard du temps qui passe 12-La messe au pendu 13-Les patriotes 14-Ceux qui ne pensent pas comme nous 15-Quand les cons sont braves 16-Dieu s'il existe 17-Le Vieux normand 18-Entre la rue Didot et la rue de Vanves 19-Le sceptique Choristes: Bertola-Caillart-Duvernoy-Favreau-Mella-Nicolas-Onteniente Accompagnement contrebasse Pierre Nicolas Seconde guitare: Jo'l Favreau (14-19-Arrangements et direction d'Orchestre Jean Bertola Textes et musique: Georges Brassens

 

-Bertolt Brecht / L'Opéra de Quat'sous

Kurt Weill Lotte Lenya (Version allemande) L'Opéra de Quat'sous (DieÊDreigroschen-oper) est représenté pour la première fois le 31 août 1928 à Berlin et sera joué plus de 10.000 fois en Europe et traduite en 18 langues. A l'époque, Brecht est une figure montante des cabarets intellectuels et des cercles littéraires. Il a tenu la rubrique théâtrale d'un journal communiste, participé aux mouvements révolutionnaires des années 1918-1919Êavant l'écrasementÊdes Spartakistes, publié des textes dans de nombreux périodiques de Munich ou de Berlin. Première manifestation de la collaboration de Brecht et de Kurt Weill l'Opéra de Quat'sous constitue un fait nouveau: on n'avait jamais utilisé auparavant la musique populaire à la mode, le ÇfolkloreÈ commercial des dancings et de la radio avec une aussi grande liberté. Avec le temps, la Complainte de Mackie-le-Surineur (Mackie Messer, le Macheath du Beggars Opera de John Gay dont Brecht s'est très directement inspiré) qui ouvre et ferme l'opéra sera adoptée par Louis Arms trong et d'Ella Fitzgerald parmi d'autres jazzmen. évocateur d'un Londres d'imagerie, l'Opéra de Quat'sous nous restitue le climat de la décennie 1918-1928. Ces années d'une paix assombrie par les conséquences de la défaite, le chômage et l'inflation, qui voient la naissance d'un scepticisme fiévreux empreint d'amer tume romantique. Mêlant la dérision et le désespoir, les audaces orchestrales de Kurt Weill nous dépeignent aussi la nostalgie des bonheurs perdus, la tristesse viscérale, et l'inquiétude crépusculaire de cette population faubourienne marginalisée qui danse sur un volcan. Interprétée magistralement en version allemande par Lotte Lenya, cette réédition de l'Opéra de Quat'sous reste un témoignage accablant de la première crise du capitalisme et l'annonciation de ses conséquences: l'inhumanité hitlérienne au pouvoir pour le compte des maîtres du monde.

 

-Aristide Bruant / A la Bastoche / poèmes hargneux sous la IIIème République

ÇSi tu n'oses pas frapper, fous un coup de pied dans la porte!È Pas très politiquement correcte, la phrase d'Aristide Bruant (1851-1925-concentre toute la vie de ce Çmaître de la rueÈ. Croisement de poète, énergumène, cabaretier et dandy faubourien, Bruant créa un style nouveau: celui du présentateur irrévérencieux des caf'conc. Toujours prêt à accabler les muscadins qui s'encanaillent en dehors des barrières, qu'à chanter les vertus de la Patrie, du petit peuple et des gigolettes. Cocardier, grand provocateur des goguettes, la principale inspiration de Bruant était le Paris ombrageux de la IIIème République. Ce CD présente quelques chansons interprétées par Bruant lui-même en 1910 (A Montmartre, Le 113 de ligne, Les Michetons) aussi bien que les versions plus actuelles de Marc Ogeret, Mistigri, Francesca Soleville et autres. Retrouvez dans ce recueil de 23 chansons A Montparnasse, Nini peau de Chien, V'la l'cholera et les grands succès du légendaire café Le Chat Noir. Sans oublier (nom d'un chien!) A la Bastoche.Aristide Bruant / A la Bastoche 01-A la Bastoche (Marc Ogeret interp.) 02-Nini Peau De Chien (Germaine Montero interp.) 03-A la Place Maubert (Aristide Bruant-1910 / M. Ogeret interp.) 04-A la Villette (Germaine Montero interp.) 05-Le peuple (Marc Ogeret interp.) 06-Les p'tits joyeux (Aristide Bruant-1910 / M. Ogeret interp.) 07-Dans la Rue (Germaine Montero interp.) 08-A Saint-Ouen (Marc Ogeret interp.) 09-P'tit gris (Aristide Bruant-1910 / M. Ogeret interp.) 10-A Pantruche (Germaine Montero interp.) 11-A Biribi (Marc Ogeret interp.) 12-A la Roquette (Germaine Montero interp.) 13-Au Bois de Boulogne (Aristide Bruant-1910 / M. Ogeret interp.) 14-A Grenelle (Germaine Montero interp.) 15-V'la l'cholera (Marc Ogeret interp.) 16-Le Chat Noir (Aristide Bruant-1910 / M. Ogeret interp.) 17-A la Glacière (Germaine Montero interp.) 18-A la Goutte d'Or (Aristide Bruant-1910 / M. Ogeret interp.) 19-A la Chapelle (Germaine Montero interp.) 20-Belleville-Menilmontant (Marc Ogeret interp.) 21-A Montmertre (Germaine Montero interp.) 22-Chanson des Michetons (A. Bruant-1910 / M.Ogeret int.) 23-Geomay (Marc Ogeret interp.) 24-A Saint-Lazare (Germaine Montero interp.) 25-Ah!Les Salauds! (A. Bruant-1910 / M. Ogeret int) 26-Les Canuts (Marc Ogeret interp.) 27-A Poissy (Aristide Bruant-1910 / interp.)

 

-Chants Yiddish de l'Est

Ce recueil des chansons yiddish de l'Est européen nous permettra de redécouvrir la vitalité d'antan et une qualité musicale que l'oubli n'a guère entamée. Quatre sources et quatre sensibilités. Celle des chansons de juifs russes des débuts du XXè siècle, interprétées par Benjamin Khaiataouskas avec l'ensemble instrumental dirigé par Leon Kogan. La tradition des danses et de la culture populaire est mise en harmonie avec des dialogues entre l'Orient, l'Occident et les bouleversements dus à la Révolution d'Octobre. Nous trouverons ce Chant d'Espoir des Juifs prosoviétiques, qui trois décennies plus tard deviendra le Chant des Partisans du Ghetto de Varsovie. Sarah Gorby interprète des mélodies nostalgiques de la Russie et de l'Europe Centrale, tandis que le grand Benzion Witler nous offre des grandes pages des mélodies les plus populaires des villes où le yiddish faisait partie du folklore national telles Schulem Aleichem ou Malkaly. Enfin, l'on remarque la présence de Léo Eine qui, depuis son retour de déportation, consacra une partie fondamentale de son Oeuvre d'interprète au chant yiddish Parmi les grands titres de ce recueil, la poignante A Yiddish Momme tout autant que l'humoristique Oi Mame! Bin Ich Farliebt. De la danse, de la nostalgie, de l'humour et de la picaresque juive. Dix-neuf chansons où vous retrouverez quelques grandes créations du folklore yiddish pour redécouvrir l'inépuisable force de ce qui est toujours présent dans l'âme populaire.

 

-Julio Cort‡zar / Casa tomada, Rayuela et autres immiscions

Parisien par vocation et Argentin par origine, Julio Cortazar (1914-1984-était plus qu'un écrivain. Il était en lui même un puzzle de cultures, de marelles, de jeux secrets et de passions politiques et culturelles. En s'appuyant sur l'humour et l'auto-dérision, Cortazar nous lit ses textes comme s'il était au coin d'une table d'un bistrot de Paris. Il évoque les deux rives de son expérience de créateur: Paris, le jazz, les hilarantes chroniques de Buenos Aires ou les accents dramatiques des personnages de Marelle. Julio rit, se moque de lui même, de sa désastreuse diction espagnole et des enregistrements d'auteur Çsi semblables à des cercueilsÈ. Mais, comme un lecteur étranger à sa propre Oeuvre, sa voix tremble et s'émeut à la lecture de Casa Tomada ou d'un poème à la mémoire du Che Guevara. Découvrez ce CD indispensable pour ceux qui aiment la littérature en espagnol ou qui bientôt deviendront des aficionados.Julio Cort‡zar / Casa tomada, Rayuela et autres immiscions 01-Peligros de la cosa muerta 02-Continuidad en los parques 03-Cuestiones de pronunciaci-n 04-Me caigo y me levanto 05-Filantrop'a 06-Correos y Telecomunicaciones 07-Cerrado poor resfr'o 08-Conducta en los velorios 09-Cap'tulo 68 de Rayuela 10-Capîtulo 32 de Rayuela Carta de la Maga a Bebe Rocamadour 11-La inmiscusi-n terrupta 12-Capitulo 7 de Rayuela Toco tu boca (extrait) 13-Los discursos del Pinchajeta 14-Casa tomada 15-Sobremesa-Hommage au Che Guevara

 

-Histoire du Tango

Né dans les faubourgs de Buenos Aires à l'aube du XXème siècle le tango ne nécessite plus d'être présenté. Passion, amour, tristesse, sensualité font partie de son décor et de son choeur. Les interprétations recueillies dans ce CD nous offrent la qualité de la musique du Rio de la Plata en même temps qu'un choix des créateurs les plus représentatifs. Tel est le cas de Anibal Troilo, maître du bandonéon et premier chef d'orchestre d'Astor Piazzolla. Ou d'Osvaldo Pugliese, inventeur d'un style qui fit école. Mariano Mores et Horacio Salgan nous offrent la délicatesse d'un jeu plein de lyrisme et de saveur populaire. Juan D'Arienzo, maître incontesté du tango milonguero des années 40 et 50, il nous promène dans un univers encanaillé et suggestif d'une musique qui bat au rythme des pavés des faubourgs de Buenos Aires

 

-Les femmes du Boléro

Avis aux connaisseurs: vous n'échapperez point à l'envoûtement de ces voix féminines. Souvent sujets des amours, convoitises, passions interdites et d'autres abandons. A l'occasion ce sont les femmes, elles, qui chantent ces thèmes poignants, pleins de fougue et impossible. Que ce soit Eydie Gorme, Blanca Iris Villafane ou Maria Marta Serra Lima, chacune avec son style et ses sentiments, le dénominateur commun deu CD Les Femmes du Boléro fait le contrepoint aux interprétations masculines dont le genre excelle. Agradecimiento, Nosotros, Voy a perder la cabeza, Se te olvida, Historia de un amor sont, parmi 23 titres, les clefs de voûte pour découvrir (ou plutôt tâcher de le faire) l'expression de l'amour chanté par les femmes. Eydie Gorme, Française découverte par Los Panchos à New York au début des années 60 à l'époque de son tube ÇBlame it on the Bossa NovaÈ, nous offre son délicieux accent à l'heure d'interpréter Di que no es verdad ou Amor, tandis que l'Argentine Serra Lima nous fait découvrir les grandes créations du parolier Chico Novarro, dont Algo Contigo. Joyaux de cet album, la voix de Blanca I. Villafane et son interprétation de Eternamente, version en Espagnol de la fameuse chanson de Charles Chaplin, qui fit fureur pendant les années 40. En somme, un disque condamné à passer en boucle jusqu'au bout de la nuit.Les femmes du Boléro 01-Y... 02-Agradecimiento 03-Nosotros 04-Injusta calumnia 05-Voy a perder la cabeza 06-Eternamente 07-Cuando vuelva a tu lado 08-Solo cenizas 09-Di que no es verdad 10-Canciones del Molino Rojo 11-Historia de un amor 12-Algo contigo 13-Posdata 14-Sabor a mi 15-Adelita 16-Sincera 17-Amor 18-Eso es amor 19-Noche de ronda 20-Pretender 21-La media vuelta 22-Yo volveré 23-Se te olvida int. Eydie Gorme & Los Panchos int. Blanca Iris Villafane int. Eydie Gorme & Los Panchos int. Blanca Iris Villafane int. Maria Marta Serra Lima int. Blanca Iris Villafane int. Eydie Gorme & Los Panchos int. Maria Marta Serra Lima int. Eydie Gorme & Los Panchos int. Blanca Iris Villafane int. Eydie Gorme & Los Panchos int. Maria Marta Serra Lima int. Blanca Iris Villafane int. Eydie Gorme & Los Panchos int. Blanca Iris Villafane int. Maria Marta Serra Lima int. Eydie Gorme & Los Panchos int. Blanca Iris Villafane int. Eydie Gorme & Los Panchos int. Blanca Iris Villafane int. Eydie Gorme & Los Panchos int. Blanca Iris Villafane int. Eydie Gorme & Los Panchos DUREE TOTALE

 

-Mujeres de America Latina

Chansons de lutte, d'amour, de témoignage dans la voix de trois grandes créatrices Latino-américaines: Mercedes Sosa, Violeta Parra et Soledad Bravo. Une plongée dans la musique populaire du Sud par des interprètes légendaires du Chili, de l'Argentine et du Vénézuela.Trois voix et autant des histoires. La grande Violeta Parra nous offre un choix de chants populaires chiliens enregistrés dans les lieux qu'elle préférait pour ses créations: les poblaciones. De l'autre côte des Andes Mercedes Sosa interprète des chef-d'Oeuvre des maîtres Argentins et Cubains, dont Silvio Rodriguez. La puissante voix de la vénézuélienne Soledad Bravo complète ce recueil par le biais des pièces traditionnelles des montagnes et plaines de son pays. A ne pas manquer....!MUJERES DE AMERICA LATINASOLEDADBRAVOMERCEDESSOSAVIOLETAPARRA 1-La Maza Mercedes Sosa (Silvio Rodriguez) 2-Sabana blanca Soledad Bravo (Tradicional) 3-La Jardinera Violeta Parra (Violeta Parra) 4-Galeron Margariteno Soledad Bravo (Tradicional) 5-Plegaria para un labrador Mercedes Sosa (Victor Jara) 6-Qué pena siente el alma Violeta Parra (Violeta Parra) 7-Punto Margariteno Soledad Bravo (Tradicional) 8-Ausencia Violeta Parra (Violeta Parra) 9-Balderrama Mercedes Sosa (Cuchi Leguizamon) 10-El Palomo Violeta Parra (Violeta Parra) 11-Para los mares Soledad Bravo (Tradicional) 12-Triunfo agrario Mercedes Sosa (A. Petroccelli) 13-Casamiento de negros Violeta Parra (Violeta Parra) 14-El cantar tiene sentido Soledad Bravo (DR) 15-Todavia cantamos Violeta Parra (Victor Heredia) 16-Me voy, ma voy Violeta Parra (Violeta Parra) 17-Alla viene un corazon Soledad Bravo (DR) 18-Alfonsina y el mar Mercedes Sosa (F.Luna / A. Ramirez) DURACION TOTAL

 

-Les Femmes du Tango

Loin d'être méprisées, les interprètes féminines du tango demeurent le symbole de la révolte envers la domination masculine. Ce CD nous rend les grands poèmes du tango-cancion par la voix de ses meilleures interprètes. Susy Leyva, Tita Merello, Azucena Maizani, Libertad Lamarque et tant d'autres qui nous feront revivre l'amour et les préjugés, la solitude et l'ironie, le dépit et la passion. Découvrez les grandes voix du tango au féminin dans ces enregistrements des années 40-50, maintenant remasterisés, pour mettre en valeur la création des tangueras du Rio de la Plata, El Choclo, En carne propia, Rebelion, Maula, Uno, No salgas de tu barrio, Castigo, Se dice de mi et d'autres grands succès.

 

-Chants du Front Populaire

La victoire du Front Populaire fut-elle le début ou la fin d'un processus de l'histoire des luttes ouvrières et populaires? La prise du gouvernement par socialistes, communistes et radicaux de gauche, ce 3 mai 1936 était-elle née d'une simple alliance électorale? Ce fut une époque, un avatar et rien d'autre? Les chansons contenues dans notre nouvelle production démontrent quelque chose qui dépasse un disque de chansons politiques. Nous sommes face à l'évidence d'un peuple qui lutte et qui exige, qui se bat et qui vainc. Un peuple de gauche, ouvrier et aussi intellectuel qui puisse dans son passé révolutionnaire pour conquérir la dignité de vivre. Ces chansons témoignent des combats passés (..........), du cadre politique antérieur à la montée du Front Populaire (....). Et, bien entendu, de l'air d'un temps confus et charnier: celui de la confrontation de classe-contre classe. L'on croyait que tout était possible en on s'adonnait au lyrisme de'Allons au-devant de la vie. L'on découvrait autre chose que l'enfer de la cité et des usines et on partait à la campagne. L'on investissait la vie avec les congés payés mais sans oublier les menaces du nazisme, la Guerre d'Espagne ou l'arrogance de ceux qui n'hésitaient pas à éructer l'anathème: ÇPlutôt Hitler que Leon Blum.È Les voix de Rosalie Dubois et de Charles Noa nous promènent dans un temps d'ombres et d'espoirs, des rues et des usines, de courage et de victoire gravés à jamais dans la mémoire populaire. Le Front Populaire Les chants de la Révolution Vol. 01-Ni Dieu ni Maître (Anonyme) 02-Jeunesse (A.Honegger / Paul Vaillant Couturier) 03-La Butte Rouge (Montéhus / G.Krier) 04-Le Chant des Chomeurs (Ducamp / R.Caby) 05-Marche ou crève (J.Prévert / Louis Bessières) 06-Le sac mal fait (Henri Sauveplane) 07-Les jeunes gens de l'Union Civique (Anonyme) 08-Le Soleil Rouge (M. Boukay / Marcel Legay) 09-Le Pain, la Paix et la Liberté (R.Divert / J.C. Simon) 10-Le jeu du camp fou (André Jolivet) 11-Si vous rêvez! (J.P. Monteil / E.Cloerec Maupas) 12-Au devant de la vie (D. Chostakovitch / Jeanne Perret) 13-Han! Coolie! (Hoff / Aragon / Arma) 14-Clairvaux (Anonyme) 15-Soleil levant (E.Bizeau / G.Isabelli) 16-Girofle-Girofla (Rosa Holt / H. Goublier) 17-Main tendue a tous (D. Milhaud / Ch. Vildrac) 18-La chanson des ouvriers (Jules Jouy / F. Doria) Interprètes 01-03-04-05-08-11-13-15-16 Rosalie Dubois 02-07-09-12-14-Boris Napes 18-Claude Reva 06-10-17 Ensemble populaire de Paris / Union Departamentale CGT Dir Gilbert Martin-Bouyer

 

-Ces Chansons des GI's

Ce fut un temps où la silhouette du casque des GI's évoquait ces braves gaillards rentrés à Paris pour appuyer la résistance parisienne. Ou ces autres braves, tombés sur Omaha Beach en juin 1944. Ou les autres, aidant à balayer Berlin en 1945 de la monstruosité nazie. Cette production tâche de réunir les mélodies aimées à cette époque. Chansons et danses, blues et booggies-woogies qui envahirent les côtes et les choeurs européens pour briser à jamais le noir carcan des années de sang et de plomb. 22 chansons nous serviront du rideau de fond où se promèneront les créations de Glenn Miller, The Andrews Sisters, Louis Armstrong, Duke Ellington, Billie Holiday, Tom Dorsey, Count Basie, Ada Brown, Lionel Hampton, Benny Goodman, Louis Jordan, Coleman Hawkins et Jimmy Rushing. Des enregistrements d'époque, parfois tirés des disques originaux que ces boys portaient dans leurs havresacs remplis du chewing-gum et ces barres de chocolat. Autant des souvenirs d'une image balayée par des autres horreurs dont ces héros ne furent jamais protagonistes.Ces Chansons des GI's 01-In the Mood (Garland / Razaf) Glenn Miller Orchestra 02-Boogie Woogie Bugle Boy (Raye / Prince) The Andrews Sisters 03-I'm Confessin' (Daugherty) 1944 Louis Armstrong 04-Unboated Character (Ellington) 1945 Duke Ellington Orchestra 05-Billie's Blues (Holiday) 1944 Billie Holiday 06-Cheek To Cheek (D.R.) Tom Dorsey & His Orchestra 07-Is You or is You Ain't My Baby (Jordan) Louis Jordan 08-GI Stomp (Clayton) 1944 Count Basie 09-Beat Me Daddy Eight To The Bar (Raye / Prince) The Andrews Sisters 10-That Ain't-Right (Brown) 1943 Ada Brown 11-Moonlight Serenade (Parish / Miller) Glenn Miller Orchestra 12-The Major and the Minor (Bostic) Lionel Hampton 13-King Porter Stomp (D.R.) Benny Goodman & His Orchestra 14-Playhouse N2 Stomp (Gershwin) 1944 Count Basie 1944 15-Outskirts Of Town (Jordan) 1943 Louis Jordan 16-Rum And Coca Cola (Amsterdam / Baron) The Andrews Sisters 17-Jimmy's Blues (Rushing) 1945 Jimmy Rushing 18-Vibes Boogie (Hampton) 1945 Lionel Hampton 19-St Louis Blues (D.R) Duke Ellington & Lil Greenwood 20-Lullaby Of Broadway (D.R.) The Andrews Sisters 21-My Ideal (Whiting) Coleman Hawkins 22-Symphony (D.R) Glenn Miller Avec l'Army Airforce Orchestra

Commenter cet article